Rencontre avec les dirigeants de Verresatine, une entreprise en plein développement

Verresatine est une entreprise familiale à portée internationale. Située au détour d’un chemin de campagne, sur la commune d’Hagetaubin, la société spécialisée dans le façonnage du verre s’agrandit en termes de surface, de capacité de production et d’effectif.  Née il y a une quinzaine d’années, ses fondateurs ont bien des raisons d’être fiers de son ascension car elle est le fruit d’un long travail de recherche, de prospection et d’équipe entre les membres de la famille Buée.
Pour Verresatine, l’année 2018 est marquée par un investissement important : celui d’une machine de travail automatique du verre à chaud, dotée d’un robot articulé. Il a donc fallu pousser les murs. La communauté de communes de Lacq-Orthez est venue soutenir financièrement l’investissement immobilier nécessaire, alors que, conformément à la répartition législative des compétences, la Région Nouvelle-Aquitaine est venue soutenir l’investissement matériel. Au total, l’entreprise a donc investit 284 000€ et obtenu 40 000 € d’aides publiques.
  

Rencontre avec Christian et Yoann Buée.    

Qui sont vos clients ?

Nous travaillons aussi bien pour l’industrie du luxe que pour l’aéronautique, l’armée, l’électroménager, l’agroalimentaire, les éclairagistes, des designers et l’agriculture. Sous une forme ou une autre, il n’y a pas un seul secteur d’activité aujourd’hui qui ne nécessite pas un petit bout de verre.
Sur l’étagère de mon bureau, vous pouvez observer quelques-unes de nos réalisations. Cela va du chauffe-saucisses au photophore pour une grande société de luxe, en passant par une pièce réalisée pour un géant des céréales. Mais notre entreprise ne fait pas que produire puisqu’elle peut être amenée à réaliser des prototypes pour le compte de clients comme par exemple, celui d’un flacon de parfum de luxe et celui du trophée des victoires de la musique. Notre portefeuille, tous secteurs confondus, est composé de 2500 clients répartis sur nos 2 sociétés : Verresatine pour la conception et l’usinage du verre et Verrehaget pour le négoce.

 

Quels sont vos projets de développement ?

Il y a un an, mon fils Yoann a voulu automatiser la fabrication de torions en verre car nous en fabriquons 500 à 1000 par mois. Nous avons donc décidé d’investir dans une machine qui réalise toutes les étapes de la transformation du verre. Cet équipement va nous permettre de concevoir la pièce en 2 minutes, soit la moitié du temps nécessaire lorsqu’elle est réalisée manuellement aujourd’hui. Nous sommes en quelque sorte passés de l’entreprise artisanale à l’entreprise industrielle car nous avons conservé un savoir-faire manuel et l’avons développé au niveau industriel.
Nous sommes la seule société en Europe à posséder un tel équipement, ce qui va nous permettre d’honorer le nombre croissant de demandes, notamment, pour les ateliers de soufflage de verre en laboratoire. Aujourd’hui, Verresatine réalise 400 k€ de chiffre d’affaires mais elle devrait très rapidement atteindre celui de Verrehaget, soit 1 million d’euros.
La spécificité de notre entreprise est de pouvoir répondre à des demandes d’études de conception, de pouvoir sortir des petites et moyennes séries, et maintenant, avec cette nouvelle machine, d’assurer des moyennes et grosses commandes avec une qualité et une régularité dans la qualité du produit irréprochable.
Pour accompagner cette croissance, nous recherchons à recruter un agent technique de production, avec des compétences en programmation. L’effectif de l’entreprise passera alors à 3 tout comme Verrehaget.

 

Justement, la capacité d’adaptation n’est-elle pas la clé du succès dans votre métier ?

Disons qu’il faut répondre présent au bon moment et posséder une bonne dose de savoir-faire. En participant au salon international des savoir-faire en sous-traitance industrielle (Midest), nous nous sommes fait connaître de nombreux professionnels, tant en France qu’à l’étranger, nous ont ensuite confié leur projet. Notre expertise nous permet de leur proposer une solution personnalisée, adaptée à leur problématique.
Nous venons d’ailleurs de voir se concrétiser plusieurs nouveaux contrats dont un de longue durée dans le domaine militaire. Nous allons travailler aussi pour une société de traitement des eaux qui nous confiera la fabrication de 1500 pièces par an pour commencer. On travaille également sur un prototype pour une société allemande et élaborons un verre de protection pour les plateaux de télévision. Quel que soit le domaine d’activité, nous avons toujours pu répondre présents et donc avons gagné en crédibilité. Et dans l’industrie du luxe, le bouche-à-oreille fonctionne très bien.

www.verresatine.fr 

Auteur : info CCLO
25.10.2018